Himalaya - Le toit du monde nous fond sur la tête

Himala

Le film

Le film est construit autour d’une alternance entre deux facettes locales de l’impact du changement climatique dans la région  himalayenne: d’une part la très haute montagne, et d’autre part la partie aval des grands fleuves.

La première adopte comme fil conducteur une expédition scientifique dans le Rolwaling, région de de haute montagne du Népal située entre Katmandou et le massif de l’Everest, conduite par une équipe du Centre International de Développement Intégré de la Montagne (ICIMOD). Elle aborde les questions des changements dans la distribution des précipitations, en particulier neigeuses, du recul des glaciers et du risque lié à la rupture des lacs de moraine glaciaire.

La seconde s’intéresse à la plaine d’inondation du Brahmapoutre au Bangladesh en suivant une mission sur le terrain de l’organisation caritative internationale Friendship. Elle présente différents aspects de l’inondation saisonnière du fleuve en région rurale comme en région urbaine et les changements induits par la variabilité climatique dans l’utilisation des terres. Elle évoque également les réfugiés climatiques et la perspective de la remontée du niveau marin.

L’analyse

Le film date de 2008 et se trouve en décalage avec les connaissances actuelles des mécanismes climatiques en jeu dans cette région qui se sont considérablement améliorées. L’approche sociale, relativement convenue, est traitée plus sur un mode journalistique que scientifique.

L’analyse, en elle-même, manque de rigueur, laissant entendre qu’il y a un lien direct de cause à effet entre ce qui est observé en très haute montagne et les inondations à l’aval. La réalité est bien plus complexe. On évalue en effet - depuis bien avant 2008 - que les glaciers et la fonte de la neige ne contribuent que pour environ 10 % des écoulements du Brahmapoutre à son exutoire dans le golfe du Bengale. Ils n’ont donc pas d’effet sensible sur l’inondation de l’été et de l’automne qui est essentiellement produite par les écoulements de pluies de mousson issus des piémonts et de la plaine et parfois accentuée par les tempêtes tropicales (typhons) venues des étendues maritimes situées à l’est et donc sans rapport avec l’Himalaya. On sait que le changement climatique affecte à la fois la distribution et l’intensité de la mousson, ainsi que des tempêtes tropicales. Mais cela n’est pas traité comme cela dans le film qui ne distingue pas l’événementiel (la « météo ») de l’évolution dans le temps long (le « climat »).

Enfin, le film aborde de manière plutôt détaillée les actions, y compris sanitaires, de l’organisation caritative auprès des populations isolées du Bangladesh. Ce n’est pas inintéressant, mais hors-sujet si l’on s’en tient au propos annoncé. En ce sens, le titre choc du film ne correspond pas à son contenu.

Pierre Chevallier

 

Additional Info

  • Director: Romain Clément
  • Producer: TV5
  • Language: Français
  • Year: 2017
  • Duration (min): 52
  • Theme: Water scarcity, Climate change, Drought, Water cycle & hydrology
  • Access: Free
  • Country: Bangladesh, Nepal
  • Technical quality (star): Technical quality (star)
  • Academic interest (star): Academic interest (star)
  • Societal interest (star): Societal interest (star)
  • Technical quality: 3
  • Academic quality: 1.5
  • Social interest: 2