Sale temps pour la planète: la Bretagne contre vents et marées

H2wOe

Synopsis / Contenu du film.

Sale temps pour la planète est une série documentaire française consacrée à l'environnement et notamment aux aléas climatiques ainsi qu'à leurs conséquences pour la planète et ses populations. Ce film intitulé « Sale temps pour la planète, la Bretagne contre vents et marées » traite des phénomènes naturels qui s’abattent chaque année sur la Bretagne et de leurs conséquences sur le littoral. Le documentaire montre les différentes visions des acteurs du milieu littoral breton, des élus aux riverains en passant par les scientifiques (géographes, ingénieurs, géomorphologues, responsable prévention des risques) et les commerçants (restaurateurs, barman, agents immobiliers, artiste peintre).

Les tempêtes sont de plus en plus nombreuses et importantes en période hivernale causant ainsi inondations, érosions des dunes et recul du trait de côte. Les dangers sont bien réels pour les populations et les travaux se succèdent pour maintenir la cote en état et protéger les infrastructures, mais les sommes engagées sont astronomiques et les résultats bien souvent en deçà des attentes.

Le réchauffement climatique et la montée des eaux fragilisant les littoraux bretons, les spécialistes se demandent si les dispositifs mis en place suffiront à l'avenir, tandis que les élus ont tendance à minimiser les phénomènes de submersion marine.

Beaucoup de questions reste en suspens dans ce film, qui fait émerger la problématique suivante : en quoi les efforts d’aménagements des côtes bretonnes peuvent-ils se montrer insuffisants pour la protection à long terme de la population du littorale ? Combien de temps pourra-t-on continuer à préserver ce patrimoine naturel français avant d'envisager de délocaliser les habitants de ces zones littorales en périls ?

Analyse critique

Ce film, qui illustre parfaitement les problèmes actuels liés au réchauffement climatique, est très réaliste bien qu'empreint de fatalité. En effet, des solutions sont proposées par les élus et les acteurs de l'environnement mais celles-ci sont bien souvent de court et moyen terme : l'issue pour les habitants de ces régions en danger semble inévitable et les questions de délocalisation devraient donc se poser dans les années à venir. Si la relocalisation n’est pas pertinente à  moyen terme il faut par contre la penser dès aujourd’hui et proposer une politique d’adaptation progressive ... avec beaucoup de concertation et de sensibilisation.

Tout au long du film, les avis divergent sur les actions à mener et le devenir des infrastructures et des populations vivant à proximité des zones inondables. Bien que les politiques soient conscients des problèmes, ils préfèrent minimiser la situation et semblent même plutôt confiants vis à vis du futur. Ils ne se projettent pas réellement sur le long terme mais par contre le risque étant amplifié par l’urbanisation excessive en zone exposée, c’est à ce niveau qu’il faut agir à court terme. Les scientifiques, quant à eux sont assez pessimistes quant à leurs prévisions, tandis que les dégâts occasionnés par les tempêtes parlent d'eux même et ne font que s’amplifier. Les habitants et commerçants de ces zones se montrent résignés et contraints de vivre avec ces changements naturels. Le spectateur aurait pu être également intéressé par l'avis de responsables à l’échelle nationale concernant une éventuelle politique de délocalisation si les choses venaient à s'aggraver plus rapidement que prévu... Ce film permet donc d’étudier à la fois les représentations des risques et les enjeux en fonction des intérêts particulier de chaque type d'acteurs. On constate que les regards portés sur les risques sont différents selon les niveaux d’information des personnes interrogées et de leur position dans la société.

Plusieurs sites sont présentés, de Saint-Malo à la Pointe de Penmarc'h, en passant par la côte et l'intérieur des terres avec l'exemple de Quimperlé, ville construite au confluent de deux rivières : l'Isole et l'Elle. Ce film montre l’ampleur des inondations en périodes de tempêtes sur l'ensemble de la Bretagne. On peut d’ailleurs constater qu'en France beaucoup de villes empiètent sur les zones inondables. Selon l'INSEE, « la plupart des villes de plus de 50 000 habitants qui ne se sont pas développées en bordure du littoral l'ont fait en bord de cours d'eau » (Vany, 2010). Ceci implique souvent des inondations importantes liés aux changements climatiques mais aussi à l'expansion des villes et aux constructions en zones à risques.

Ce documentaire permet une analyse assez complète des problèmes liés aux phénomènes naturels que rencontre la région Bretagne et permet une comparaison des dégâts, des moyens mis en place et de leur efficacité. Cependant depuis que ce documentaire a été tourné, en 2015, on peut supposer que les aménagements mis en place ont évolué suite aux différentes tempêtes qui ont eu lieu. Etant donné que le changement climatique est un phénomène qui évolue très vite il est important de prendre en compte que les exemples de ce film datent déjà de 5 ans.

La politique d'aménagement présentée dans ce film consiste à maintenir le trait de côte et à renforcer les constructions de lutte contre la montée des eaux, en mettant en place des infrastructures de protection, comme des digues ou des épis. Cependant il devient évident qu'à long terme, l'idée d’empêcher l'eau d'envahir des portions de territoire semble vouée à l’échec. La Bretagne n'est pas un cas isolé, avec la montée des eaux et l'augmentation des précipitations, de nombreux pays ont été forcé de revoir leurs mesures de protection. Les Pays-Bas ont ainsi décidé d’arrêter de vouloir bloquer l'eau mais plutôt de lui laisser sa place en aménagement les villes en conséquence. L'objectif des néerlandais est de « travailler avec la nature plutôt que de la combattre » (Van Waveren).

Ce documentaire est très bien réalisé d'un point de vue technique, les scènes s’enchaînent avec fluidité en suivant une trame logique, on retrouve un contraste entre les vidéos d’amateurs qui montrent des événements exceptionnels et les prises de vue professionnelles. Le spectateur est transporté en terre bretonne au moyen d'images vues du ciel spectaculaires de très bonne qualité, et de paysages époustouflants.

La voix grave et claire du narrateur alterne avec les témoignages des experts, élus et habitants des zones touchées, ce qui permet une diversité de propos et de tons qui capte et maintient l'attention du spectateur.

Pas suffisamment axé sur le profil scientifique. Manque de détails et d’approfondissements (graphiques, illustrations explicatives). Reste simplement expliqué et suffisant pour un spectateur qui découvre le domaine de la submersion marine et ses dégâts sur l’environnement et la société. Il faudra qu’il se cultive davantage avec d’autres documents de la littérature scientifique pour obtenir davantage de connaissances dans le domaine.

Ce documentaire présente un réel intérêt pour le grand public qui n’est pas forcement sensibilisé aux enjeux environnementaux. Claire, à la portée de tous, ce film alerte tout en sensibilisant avec quelques termes scientifiques mais beaucoup de vulgarisation afin de toucher un large public

Mots clés et bibliographie

Bretagne, submersion marine, aléas climatique, vulnérabilité, risques, inondation, étalement urbain, zones côtières, aménagement, population, protection, gestion.

 

Association des CESER de l’Atlantique.2015. Submersion marine et érosion côtière - Connaître, prévenir et gérer les risques naturels littoraux sur la façade atlantique. Disponible sur www.bretagne.bzh/upload/docs/application/pdf/2015-09/ceser_de_latlantique_rapport_risques_littoraux_2015-09-23_11-46-7_940.pdf (Consulté le 11 novembre 2019)

Bonnot-Courtois, C., Feiss-Jehel, C., de Saint-Leger, E. 2008. Vulnérabilité des rivages en Côtes d’Armor (Bretagne Nord, France) : aléas et enjeux. Xèmes Journées Nationales Génie Côtier. 16/10/2008. https://www.paralia.fr/jngcgc/10_18_bonnot.pdf (Consulté de 8 novembre 2019)

Maquet, E. 2019. Proposition de loi portant adaptation des zones menacées par l'érosion du trait de côte. (Consulté le 4 novembre 2019)

Motte, E.; McInnes, R. 2018. Un outil numérique pour observer les évolutions du littoral à travers les œuvres d’art : une application aux rivages de la Rance (Bretagne). http://psig.huma-num.fr/HumaNS/wp-content/uploads/2018/10/2.Paper_proposal_E_motte_revu_V3.pdf (consulté le 08 Novembre 2019).

Valy, J. 2010. Croissance urbaine et risque inondation en Bretagne. Géographie. Université Rennes 2 ; Université Européenne de Bretagne, 2010. Français. (NNT : 2010REN20021).(tel-00624646), https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00624646/ (Consulté de 8 novembre 2019)

Van Waveren, H. 2018. Face aux inondations, les Pays-Bas redonnent à l’eau son espace de liberté. Radio-Canada 30/04/2018. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1095637/inondations-pays-bas-eau-espace (Consulté de 8 novembre 2019)

Contributions de Sophie Van Assche et Juliette Doiteau

 

Additional Info

  • Producer: Agence Elle est pas belle la vie ! Création : Morad Ait-Habbouche
  • Language: Français
  • Year: 2015
  • Duration (min): 53
  • Theme: Environmental degradation, Climate change, Coastal areas
  • Access: Free
  • Technical quality: Technical quality
  • Academic interest: Academic interest
  • Societal interest: Societal interest