Guarani: main basse sur l'eau

H2wOe

Synopsis/contenu du film

L’aquifère Guarani constitue l’une des plus grandes réserves d’eau douce mondiale avec ses 1 200 000 km2 et s’étend sous 4 pays d’Amérique latine : Le Brésil, le Paraguay, l’Uruguay et l’Argentine. Cette masse d’eau constituée il y a 65 millions d’années à la suite de conditions (hydro)géologiques exceptionnelles, a été découverte il y a seulement une quarantaine d’années et reste encore un objet d’étude mal connu.

Il apparait au fil du documentaire que cet aquifère est confronté à de nombreux périls quantitatifs et qualitatifs. La surexploitation, pour l’irrigation de la canne à sucre destinée à la production de biocarburant, ou encore aux usines de soda, représente un premier risque. La multiplication des puits illégaux, le bétonnage des zones de recharges et la pollution de l’aquifère, très peu profond par endroit (- 50 m de profondeur), due aux pesticides et au manque d’usines de traitement des eaux usées, représentent aussi de réelles menaces pour l’aquifère. Ensuite, sont présentés les différents problèmes de gestions associés à l’attractivité de cette gigantesque réserve d’eau, des rumeurs de tentatives d’appropriations de l’eau par différents acteurs, notamment les Etats-Unis, plus ou moins avérées ou fantasmées selon les régions et les acteurs interviewés. Des conflits d’usages sont aussi abordés comme au Paraguay entre les Sans Terres voulant une utilisation raisonnée de la ressource pour l’agriculture à visée alimentaire et les producteurs d’éthanol.

Les quatre pays concernés tentent d’instaurer une politique commune de gestion de l’aquifère (SAG) avec l’organisation « projet aquifère Guarani ». Cette politique commune apparait aussi problématique de par la participation du FMI et de la Banque Mondiale demandant des appels d’offres internationaux et écartant les universités locales de l’étude de l’aquifère. La population craint une privatisation de la ressource par des acteurs étrangers.

Analyse critique

Bien que dans son ensemble ce documentaire offre une vision assez complète sur la dimension sociétale de la gestion de l’aquifère, certains aspects de la problématique ne sont pas exposés. De plus, en 10 ans de nombreuses changements ont affecté la politique de l’utilisation de l’aquifère.

Le documentaire est centré sur une enquête sur les acteurs voulant s’approprier l’aquifère, les Etats-Unis étant mis directement en cause sans toutefois qu’aucune preuve concrète ne soit apportée. L’accent est aussi mis sur les gouvernements et politiques qui seraient trop « laxistes », mais ces derniers sont exclus de l’enquête. Par ailleurs, fait non présenté dans le documentaire dû à son ancienneté (parution en 2008), en août 2010 les 4 états : Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay, ont élaboré un accord, inspiré des articles du droit des aquifères transfrontaliers établis par l’ONU en 2008 (Guyomard, 2011). D’après cet accord, chaque pays contrôle sa partie de l’aquifère et doit prendre les mesures nécessaires pour éviter de potentiels préjudices sur les pays voisins et l’environnement (Franca Correia, 2014). Pourtant novateur et représentant une avancée considérable dans le droit des aquifères transfrontaliers, l’accord n’est pas une réussite (Sindico et al., 2018) dû aux changements politiques nationaux notamment au Paraguay et, plus récemment, au Brésil (Beaulande, 2008).

Le traitement des aspects environnementaux montre aussi certaines lacunes. Le documentaire présente l’eau de l’aquifère comme de bonne qualité, nécessitant peu de traitement. Cependant cela n’est pas valable pour l’ensemble de l’aquifère, la qualité varie selon les régions, certaines pouvant rencontrer des problèmes de salinité dans l’aquifère ou encore de contamination (OAS, 2009). Ces contaminations peuvent être de différentes natures : pesticides, arsenic, bactéries fécales dues à la mauvaise gestion des eaux usées ou encore à l’élevage intensif bovin développé ces dernières années, principalement en Argentine et Uruguay.

Au niveau scientifique, les informations sur les paramètres hydrodynamiques de l’aquifère (tels que la circulation des eaux souterraines, le temps de résidence…) ne sont pas abordés alors qu’ils sont primordiaux pour appréhender les problèmes de transfert de polluants.

Malgré quelques beaux plans de vue, la qualité de l’image est médiocre due à l’ancienneté du documentaire (paru en 2008) et au site d’hébergement. S’ajoute à cela un rythme assez lent. Ce documentaire peut avoir un intérêt pédagogique par son coté « alarmiste » sur la politique associée à l’aquifère et peut être intéressant pour un public étudiant les relations transfrontalières notamment. Cependant pour un public scientifique le film comporte de nombreuses lacunes. Le point fort du documentaire est la parole donnée aux populations locales dont le point de vue est mis au premier plan.

Bibliographie pour aller plus loin

Anon. 2010. Newsletter n°9 : L’Aquifère Guarani, 4 pays pour 1 robinet. Dans : Entre Deux Eaux [En ligne]. http://entre2o.free.fr/?p=296 (Consulté le 17 novembre 2019).

Beaulande, G. 2008. Une mer d’eau douce. Le monde diplomatique. 10/2018. https://www.monde-diplomatique.fr/2018/10/BEAULANDE/59164 (Consulté le 09/10/2019).

Franca Correia, A. 2014. Les principes du droit international des eaux : le cas de l'Aquifère Guarani. Thèse de doctorat : Univ. Genève, no. D. 872, 366p. Disponible sur : https://archive-ouverte.unige.ch/unige:36631 (Consulté le 09/11/2019).

Guyomard, M. 2011. Synthèse documentaire: La gestion concertée des eaux souterraines transfrontalières. AgroParisTech-ENGREF, 37p. https://www.oieau.fr/eaudoc/system/files/Guyomard_synthese_finale-1_0.pdf (Consulté le 10/11/2019).

OAS (Organization of American States). 2009. Guarani Aquifer Strategic Action Program. http://www.oas.org/DSD/WaterResources/projects/Guarani/SAP-Guarani.pdf (Consulté le 13/11/2019).

Sindico, F., Hirata, R. and Manganelli, A. 2018. The Guarani Aquifer System : from a beacon of hope to a question mark in the management/governance of transboundary aquifers. Journal of Hydrology Regional Studies, volume 20. http://dx.doi.org/10.1016/j.ejrh.2018 .04.008 (Consulté le 10/11/2019).

Contributions de Manon Erguy et Delphine Roux

Film  disponible sur Dailymotion en 3 partie :

https://www.dailymotion.com/video/xeh616

https://www.dailymotion.com/video/xdkpfd

https://www.dailymotion.com/video/xdkp3q

 

 

Additional Info

  • Director: undefined
  • Producer: Mano a Mano
  • Language: Français
  • Year: 2008
  • Duration (min): 52
  • Theme: Irrigation & agricultural water management, Groundwater, Transboundary waters
  • Access: Free
  • Country: Argentina, Paraguay
  • Technical quality (star): Technical quality (star)
  • Academic interest (star): Academic interest (star)
  • Societal interest (star): Societal interest (star)
  • Technical quality: 2
  • Academic quality: 3
  • Social interest: 4