Boues rouges, la mer empoisonnée

H2wOe

Synopsis/contenu du film

L’émission Thalassa produite par la chaîne France 3 est une émission qui traite des sujets environnementaux centrés sur l’écosystème marin. Le documentaire "Les boues rouges, la mer empoisonnée" a été réalisé par Sophie Bontemps et Nedjma Berder en 2016. Dans celui-ci la parole est donnée aux différents acteurs concernés : les pêcheurs, les associations, les chercheurs et les politiques ainsi que les habitants de la région.

Les boues rouges sont les déchets industriels de l’entreprise Altéo, anciennement appelé Pechiney, qui est la première usine au monde à avoir transformé du minerai de bauxite en alumine, un élément essentiel dans le domaine de l’aviation, des industries du nucléaire, de l’armement, ainsi que pour la fabrication de smartphones.

Le documentaire révèle au grand public l’ampleur de la pollution marine de ces boues rouges déversées à des centaines de mètres de profondeur (à proximité de la fosse de Cassidaigne) pendant plus de 50 ans, constituant un stock de 30 millions de tonnes et s’étendant sur une surface de 230 km². En janvier 2016, l’entreprise est contrainte d’arrêter ces rejets en mer, elle va donc en extraire une fraction liquide et une fraction solide. D’une part la fraction solide est stockée sur terre et porte la nouvelle dénomination de Bauxaline (un déchet commercialisable), d’autre part la fraction liquide empreinte le conduit historique pour être déversée au même endroit que les premières boues rouges. De surcroît, cette fraction liquide n’est pas sans danger :  il s’agit de lessive de soude contenant entre autres de l’arsenic, du vanadium et de l’aluminium.

La question constituant l’armature de cette enquête est celle que se pose la majorité des acteurs : comment est-ce qu’un rejet en mer de déchets industriels extrêmement polluants, et qui plus est dans un parc national, a pu perdurer aussi longtemps en toute légalité, et se poursuit encore aujourd’hui quoique sous une autre forme ?

Pour répondre à cette problématique, le documentaire retrace l’histoire des rejets industriels de Pechiney et de l’opposition politique et civile, explique l’origine des boues rouges, et détaille les nuisances sous-estimées qu’elles causent à l’environnement et à la santé humaine. Par la confrontation des différentes opinions, le documentaire montre que la gestion actuelle de ces déchets demeure une source de conflits et révèle que les intérêts économiques priment encore largement sur les impératifs de protection de l’environnement.

Un cas d’étude de controverse environnementale : entre affrontement d’expertises et arbitrages politiques

La fosse de Cassidaigne constituait autrefois un écosystème particulièrement riche. Les populations benthiques (Fontanier et al., 2012) et de poissons (Anses, 2016) sont largement impactées depuis que les rejets ont débuté en 1966. L’histoire de la gestion des boues rouges permet de comprendre le rôle crucial des affrontements d’expertises, faisant passer l’entreprise du statut de « respectable et propre » à celui de « destructrice de la biodiversité marine » (Barraqué, 2017). Face à la constance de l’opposition des pêcheurs, jouant le rôle de « lanceurs d’alerte » (Chateauraynaud et Torny, 2005), le reportage fait voir l’évolution de la position de l’administration.

Les pêcheurs mènent leur combat aux côtés d’activistes tels que Alain Bombard en 1964, avant même la construction de la conduite, ou encore Olivier Dubuquoy. Ce dernier dénonce le greenwashing de l’affaire à ses débuts dans les années 1960, lorsque le Commandant Cousteau lui-même a qualifié les rejets d’inoffensifs. Une campagne de communication et de désinformation qui a permis à Pechiney d’endormir l’opinion publique et de poursuivre ses travaux. Par ailleurs, le service de la prévention des pollutions de l’époque, chargé d’autoriser les rejets, les avaient jugés inoffensifs pour le milieu (Barraqué, 2017).

Le reportage permet de voir comment l’entreprise a toujours cherché à minimiser le danger en cachant la vérité. L'une des études d'impact réalisée par Pechiney a ainsi été maintenue hors diffusion publique pendant 10 ans. Cette étude datant de 1995 révélait que les boues rouges avaient des conséquences sur l'embryogénèse des oursins (Barraqué, 2017). Les auteures Valérie Deldrène et Juliette Metin mettent également en lumière certains aspects problématiques des conclusions des rapports réalisées par l'industriel en 2004 et 2013 (Deldrève et Metin, 2019). De nombreuses lacunes de méthodologie sont mises en évidence, notamment en ce qui concerne l'exposition alimentaire de la population et les échantillonnages des poissons (leur nombre insuffisant n'aurait pas permis de dresser une analyse statistique adéquate).

Alors que les élus locaux soutiennent majoritairement l’entreprise, qui représente un élément essentiel au développement économique de la région (elle génère 450 emplois directs et 200 emplois de sous-traitance), la position de l’Etat apparait beaucoup plus divisée. En effet, ce sont les expertises demandées par la ministre de l’environnement Ségolène Royal à l’Ifremer et l’Anses qui permettront de conclure sur la dangerosité des rejets de boues rouges, en 2016 (Anses, 2016). Toutefois, en décembre 2015, alors que les rejets devaient s’arrêter, le premier ministre Manuel Valls a donné l’ordre au préfet d’accorder la dérogation autorisant la poursuite des rejets liquides en mer, se rangeant ainsi aux côtés de l’industriel, malgré le désaccord de la ministre Ségolène Royal. A la surprise générale, Didier Réault, le président du Parc national des Calanques a également donné son accord pour la poursuite des rejets jusqu’en décembre 2021 alors qu’il pouvait rejeter la dérogation.

Dorénavant, la société devra cesser les rejets non plus d’ici fin 2021 mais dès le 31 décembre 2019 suite à une décision prise par la cour d’appel de Marseille. Les associations de protection de l’environnement obtiennent enfin gain de cause. Le mal étant déjà fait, les boues rouges subsisteront en mer à proximité du Parc National des Calanques, avec tout ce que cela implique : accumulation de métaux lourds dans la chaîne trophique, éléments chimiques toxiques diffus dans l’eau, etc. À présent, le défi est de trouver les moyens qui permettraient d’endiguer cette pollution étendue et mobile afin de limiter ses répercussions futures.

C’est donc bien l’enchevêtrement d’enjeux politiques, d’expertises scientifiques et d’intérêts contradictoires au sein de l’Etat qui permettent de comprendre l’évolution du dossier de la gestion des boues rouges depuis la fin des années 1960 à nos jours.

Le documentaire aborde le sujet sensible de la lourde contamination de la mer avec simplicité et esthétique : les paysages naturels sont filmés dans leur intégralité, toute la beauté de l’environnement du Parc National des Calanques est capturée. Il en est de même pour les boues rouges, la caméra les met également en scène. Le rouge devient omniprésent, parfois il fait tâche dans le décor naturel, parfois il a une allure mystique. On les retrouve sur terre dans les bassins de stockage rouge sang en plein milieu d’une forêt ou sous forme de gigantesques dunes écarlates. Pour illustrer les faits historiques, un grand nombre d’extraits pertinents d’interviews de l’époque sont intégrés dans le documentaire.  Cependant, certaines transitions choisies peuvent paraître un peu bâclées. Le documentaire vaut la peine d'être visionné car il est bien structuré et organisé, instructif et accessible.

D’un point de vue académique, le documentaire est intéressant et informatif. Il est destiné à un public large allant de l’enfant à l’adulte. Des schémas explicatifs permettent de vulgariser l’information pour qu’elle soit à la portée de tous. Les journalistes vont jusqu’à introduire des ordres de grandeur plus parlant pour donner un aperçu visuel au spectateur, mais aussi pour le choquer et lui faire prendre conscience de l’urgence de la situation. Le documentaire a également entrepris une démarche scientifique qui a permis de faire avancer les connaissances sur ce sujet grâce à l’expédition d’un robot sous-marin (Analytika, 2016). 

Le film se concentrant essentiellement sur l’état environnemental, l’aspect sociétal est étudié dans une moindre mesure. Les habitants de tout bord de Gardanne furent interrogés sur la situation de la pollution des boues rouges. Les habitants vivant à proximité des bassins de stockage impactés physiquement par les envols de poussière rouges ont témoigné de leurs maladies. Ceci offre un aperçu inquiétant sur l’avenir de la santé publique aux abords de ces sources de contaminations.

Pour aller plus loin sur le sujet

Mots clés : boues rouges, pollution marine, bauxite, alumine, Parc national des calanques, Conflit environnemental

Analytika, (2016). Site industriel ALTEO de Gardanne, Rejets de lessive de soude (« boues rouges » filtrées) dans le milieu marin du Parc National des Calanques https://www.analytika.fr/investigations/alteo-gardanne/

Anses, (2016). Avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à l’évaluation des risques sanitaires liés à la consommation de produits de la mer pêchés en Méditerranée dans une zone impactée par les activités de transformation de minerai de bauxite de l'usine d'Alteo, 61 pages.

Barraqué, B. (2017). Les boues rouges de l’usine Péchiney-Alteo de Gardanne : de l’inertie à la toxicité, du rejet … et du dossier. Revue Juridique de l’environnement.

Chateauraynaud, F., & Torny, D. (2005). Mobiliser autour d’un risque. Des lanceurs aux porteurs d’alerte. In C. Lahellec (Ed.), Des lanceurs aux porteurs d’alerte.

Deldrève, V., & Metin, J. (2019). Quels cadres d’action collective contre les boues et poussières rouges d’Altéo-Gardanne? VertigO.

Bibliographie supplémentaire

https://www.longitude181.org/wp-content/uploads/2016/11/dossier-de-presse-boues-rouges-2015-collectifs-littoral.pdf

http://cmca-med.org/film/boues-rouges-mer-empoisonnee/

http://paleopolis.rediris.es/benthos/REF/som/T-pdf/1969_1-3-779.pdf)

https://www.20minutes.fr/justice/2288883-20180614-video-boues-rouges-valls-suivi-avis-macron-favorable-rejets-contre-celui-ministre-environnement-segolene-royal

https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/alteo-doit-cesser-ses-rejets-liquides-dans-les-calanques-d-ici-le-31-decembre-2019-selon-la-cour-d-1548421655

http://207.204.5.11/wp-content/uploads/2015/04/CATA_ROUGE_HONGRIE_robindesbois.pdf

Contributions de Amal Benzalouh et Iman Bouazizi

 

 

Additional Info

  • Director: undefined
  • Producer: France 3 - Thalassa/Sophie Bontemps et Nedjma Berder
  • Language: Français
  • Year: 2016
  • Duration (min): 58
  • Theme: Environmental degradation, Water quality, pollution, Coastal areas, Water and health
  • Access: Free
  • Country: France
  • Technical quality (star): Technical quality (star)
  • Academic interest (star): Academic interest (star)
  • Societal interest (star): Societal interest (star)
  • Technical quality: 4
  • Academic quality: 5
  • Social interest: 4