Plastique : l'overdose!

H2wOe

Synopsis/contenu du film

Ce documentaire de 2018 de l’émission « Tout compte fait » évoque la problématique de l’overdose du plastique: buvons nous de l’eau qui contient du plastique ? Le reportage révèle une pollution cachée, où plus de 90% des eaux en bouteille seraient contaminées par des microplastiques. Ceci pose des questions sur les dangers liés à la santé, dans un pays où le marché de l’eau en bouteille atteint 3 milliards d’euros par an. Nous choisissons davantage les bouteilles d’eau en plastique, en les pensant plus saines que l’eau du robinet, mais est-ce vraiment le cas ? Des analyses effectuées sur les eaux en bouteille montrent que l’eau contient des microparticules de plastique. Des questions sont posées sur le mode de fabrication des bouteilles (qualité du plastique, herméticité) car elles se dégradent au fil du temps et, d’après des expériences, une bouteille exposée à la lumière favoriserait la pollution de l’eau. La dangerosité de ces particules –nanoplastiques– a été décelée chez les poissons, où elles sont associées à des troubles neurologiques. L’OMS a lancé une étude pour connaître les effets sur l’Homme mais les résultats ne sont alors pas encore connus.

Dans une seconde partie, le documentaire explique comment réduire notre consommation de plastique. C’est une chasse aux plastiques inutiles et aux emballages superflus. 10% de la production de plastique se retrouve dans la mer et seulement 25% de ces déchets sont recyclés. Un nouveau mode de consommation voit le jour, de nouvelles épiceries et supermarchés mettent en place des rayons pour les achats en vrac avec des produits sans emballages ou réutilisables (aliments, produits ménagers, bouteilles). L’objectif serait que 100% des plastiques soient recyclés en France en 2025.

Il faut retenir qu’il est nécessaire de réduire la production et la consommation de plastique, pour pouvoir vivre dans un environnement plus sain et moins impacté, mais aussi prévoir de changer nos habitudes et celles des industriels afin de proposer une alternative aux matériaux plastiques qui nous entourent.

Analyse critique

Le film étant de 2018, il illustre très bien la problématique actuelle de la surconsommation du plastique qui est devenu un matériau indispensable à la vie quotidienne mais qui engendre une pollution de l’eau. Le documentaire a été réalisé par France Télévision et il présente de façon neutre l’impact de la pollution plastique sur l’eau, sans privilégier l’eau en bouteille ou celle du robinet.

Ce documentaire prend en compte seulement la contamination plastique et n’intègre pas les autres contaminations globales et régulière de l’eau, ce qui aurait complété le questionnement sur la qualité de l’eau potable. Il ne parle pas non plus de l’effet du plastique sur la santé et ne détaille pas quels en sont les risques, à court et long terme.

Dans un rapport d’août 2019 L’OMS estime que les niveaux actuels de microplastiques présents dans l’eau potable n’engendrent pas encore de risques pour la santé. L’analyse des risques liés aux microplastiques portait essentiellement sur trois aspects : les risques d’ingestion, les risques chimiques et les risques liés à la présence de biofilm. L’OMS signale également que les connaissances actuelles sur ce sujet sont limitées et ont besoin d’être approfondies. L’agence spécialisée de l’ONU indique que les grosses particules ne sont pas absorbées et que l’absorption des petites particules reste limitée. Cependant, l’absorption des nanoparticules par le corps humain est la plus importante [1].

Le documentaire propose une seule alternative à l’utilisation des bouteilles plastiques : les remplacer par des bouteilles en verre. Il n’évoque pas d’autres alternatives comme la bouteille à base d’algue qui se solidifie lorsqu’elle est pleine et se biodégrade lorsqu’elle est vide [2]. Il ne souligne pas non plus l’importance du traitement des eaux usées qui permet de retirer plus de 90% des microplastiques présents dans les eaux traitées [6].

Le documentaire traite majoritairement du cas français et ne fait pas d’ouverture sur la pollution dans les pays en voie de développement. Il aurait été intéressant de souligner que certains pays comme le Bangladesh n’ont pas ou peu accès au traitement de l’eau, alors qu’ils connaissent une pollution de plastique de leurs ressources en eau bien plus importante qu’en France [3]; [4]; [5].

Le visuel de l’image et le son sont de bonne qualité et le langage des images est bien exploité. Les enchaînements des différentes parties et les transitions sont logiques et compréhensible pour tout public. Les interlocuteurs sont variés, ce qui permet des points de vue diversifiés sur la problématique. Le documentaire est pédagogique et instructif, et fait passer un message clair en mettant en avant les points forts qu’il faut retenir sur la pollution de l’eau due au plastique, un sujet moins connu que celui liée aux pesticides.

Le documentaire donne différents conseils pour diminuer la consommation de plastique. Nous pouvons tous jouer un rôle pour lutter contre cette pollution en changeant nos habitudes pour avoir une meilleure qualité de vie et préserver au mieux l’environnement.

Mots clés

Bouteille - Plastique - Pollution - Eau minérale - Eau du robinet - Emballage

Compléments bibliographiques

[1] Neira M. (2019) “L’OMS appelle à renforcer la recherche sur les microplastiques et à prendre des mesures énergiques contre la pollution par le plastique”. Organisation mondiale de la santé. https://www.who.int/fr/news-room/detail/22-08-2019-who-calls-for-more-research-into-microplastics-and-a-crackdown-on-plastic-pollution

[2] Perrin E. (2016) “Un étudiant islandais crée une bouteille biodégradable fabriquée à partir d'algues”. Maxisciences. https://www.maxisciences.com/algue/un-etudiant-islandais-cree-une-bouteille-biodegradable-fabriquee-a-partir-d-algues_art37674.html

[3] Huffington Post (2013) “Eau et Vie s'engage pour l'accès à l'eau aux Philippines et au Bangladesh”. www.huffingtonpost.fr/2013/09/04/eau-philippines_n_3866640.html

[4] Acharjee and Ahmed. (2016) “Access to Water Supply among the Tea Pickers in Sylhet, Bangladesh”. Space and Culture. www.spaceandculture.in/index.php/spaceandculture/article/view/190

[5] Lacaze J. (2018) “Les dix fleuves du monde qui charrient le plus de plastique”. National Geographic. www.nationalgeographic.fr/planete-ou-plastique/les-dix-fleuves-du-monde-qui-charrient-le-plus-de-plastique

[6] Mrowiec B. (2018) “The role of wastewater treatment plants in surface water contamination by plastic pollutants”. Web of conferences. https://www.e3s-conferences.org/articles/e3sconf/pdf/2018/20/e3sconf_infraeko2018_00054.pdf

Contributions de Cécilia Lemirre et Meg Mouchel

 

Additional Info

  • Producer: France Télévision
  • Language: Français
  • Year: 2018
  • Duration (min): 46
  • Theme: Water supply, Domestic water, Water quality, pollution, Water and health
  • Access: Free
  • Technical quality: Technical quality
  • Academic interest: Academic interest
  • Societal interest: Societal interest