Mayi! (Accès à l'eau à Kinshasa)

H2wOe

Synopsis

La RDC est le pays d’Afrique qui dispose des ressources en eau les plus abondantes mais qui rencontre paradoxalement de grandes difficultés d’approvisionnement. A Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo et 3ème plus grande ville d’Afrique, des centaines de milliers d’habitants ne bénéficient pas d’eau courante. Le projet PILAEP a pour objectif d’y remédier à travers la création d’associations d’usagers, les ASUREP (Association des Usagers des Réseaux d’Eau Potable).

Les ASUREP développent et gèrent des systèmes d’accès à l’eau, de type borne fontaine, dans les quartiers où la régie nationale de distribution d’eau (REGIDESO) n’intervient pas. Le documentaire se concentre sur les quartiers de Mangana et Mabinda, à l’est de la ville. La population est confrontée à des difficultés d’accès à l’eau, des problèmes d’insalubrités des eaux de surface et d’un manque de moyens financiers.

Les ASUREP sont financée en partie par la CTB (Coopération Technique Belge) et l’AFD (Agence Française de Développement). Elles œuvrent dans trois domaines : l’eau, l’assainissement et l'hygiène, grâce à un système de gestion communautaire. Elles agissent également sur le volet économique et social avec 331 emplois créés dans les quartiers cibles, et le développement d'un centre éducatif. 

Denis Mpunga, acteur belge, joue ici le rôle de narrateur. Il est lui-même issu du Congo belge. Il nous fait voyager à travers ces quartiers, où il discute avec les principaux acteurs de l’eau : l’association, la population et les exploitants d’eau.

Dans la banlieue de Kinshasa, les tensions liées à la précarité affectent aussi les activités des ASUREP. Les associations sont menacées par les violences et sont même parfois prises pour cible. Quand des hommes cambriolent les locaux d’une ASUREP, pensant y trouver de l’argent, c’est toute la sécurité des projets qui est menacée.

Denis et son équipe finissent ce tour de l’eau en exposant les progrès réalisés en matière d’accès à l’eau. Environ 264 000 personnes sont desservies en eau potable. Le temps de collecte de l’eau a été divisée par quatre, de 1 heure à 15 mn. Ils exposent ainsi leurs objectifs futurs et leur vision de cette situation alarmante, qui malgré tout s’améliore pas-à-pas.

Analyse critique

Le documentaire présente le projet des ASUREP et les organismes qui les financent, tels que l’AFD et la CTB. Les travaux réalisés par les associations semblent bénéfiques aux quartiers mais ils sont questionnés par une partie de la population. Le documentaire détaille assez peu ces critiques. Il se focalise principalement sur les aspects positifs du projet. Une enquête réalisée sur les points d’eaux montre paradoxalement une satisfaction moins élevée dans les zones couvertes que dans les zones non desservies. Cela est dû principalement aux contraintes de prélèvement : longue files d’attente aux bornes-fontaines, distance avec le domicile, tarification, etc.

Nous pouvons regretter l’absence des institutions publiques dans le documentaire. Aucun représentant de la REGIDESO n’est interrogé. Nous n’avons par conséquent très peu d’informations sur le contexte et les raisons de l’inaction de l’état en matière d’accès à l’eau et d’assainissement dans ces zones périurbaines. 

La succession de rencontres permet de dresser un portrait actuel des ASSUREP mais renseigne assez peu sur les modifications et changements qui ont dû être opérés dans le temps pour adapter la gestion des associations aux enjeux locaux.

Enfin, le nombre de bénéficiaires et la création de nouvelles ASUREP dans des quartiers défavorisés de Kinshasa laisse penser que le projet prend de l’ampleur. Ce développement nécessite la création de nouveaux forages et infrastructures pris en charge par les bailleurs. Un modèle économique sans aide extérieure est-il envisageable ? L’Etat peut-il avoir un rôle dans ce modèle de gestion de l’eau ? Ces questions restent en suspens à la fin du visionnage mais ouvre un débat intéressant sur les modalités de gouvernance de l’eau.

Réalisé à Kinshasa en 2015, ce documentaire - que celui-ci est réalisé par un organisme et non pas par une grande chaîne de production est d’une qualité moyenne en termes d’image et de son. Les interventions sont souvent en Lingala (langue Congolaise), mais intégralement sous-titrées en français.

La qualité informative est privilégiée par rapport à la qualité visuelle. Il s’agit avant tout de présenter un projet de développement et d’exposer ses résultats à travers un « voyage » dans la vie en banlieue à Kinshasa. Ce n’est pas un film sur la gestion de la ressource en eau en RDC. Nous avons assez peu d’informations sur la situation locale et les raisons initiales des difficultés d’accès à l’eau potable.

Le film n’a pas de valeur scientifique particulière avec une absence totale de données académique. En revanche, il peut être un bon support pédagogique pour présenter un mode de gestion locale et communautaire. Nous plongeons pendant 52 min au plus proche de la population congolaise dans leur vie de quartier. Nous découvrons la situation et les difficultés rencontrées par les principaux acteurs de la gestion de l’eau : les habitants. Mais le film, financé par l’AFD et la CTB, est également promotionnel de leurs activités. Il n'est donc pas objectif par rapport aux difficultés de mise en œuvre de tels projets de développement, ce qui aurait également pu être un des intérêts d’un film plus indépendant.

Compléments

INS, Rapport d’analyse de l’enquête Eau Assainissement et Conditions de Vies 1 : Enquête de référence pour l’évaluation d’impact du projet PILAEP 2 (Avril-Mai 2018), Octobre 2018

www.AFD.fr (Un système novateur d’accès à l’eau potable à Kinshasa). www.afd.fr/fr/un-systeme-novateur-dacces-leau-potable-kinshasa

www.enabel.fr

 

 

Additional Info

  • Director: undefined
  • Producer: Pascal Colson - IDEA / K-Productions
  • Language: Français
  • Year: 2015
  • Duration (min): 52
  • Theme: Water supply, Domestic water, Water and health
  • Access: Free
  • Country: Congo
  • Technical quality (star): Technical quality (star)
  • Academic interest (star): Academic interest (star)
  • Societal interest (star): Societal interest (star)
  • Technical quality: 3
  • Academic quality: 3
  • Social interest: 4