Waterschool

H2wOe

(Translated from French version – below)

Synopsis

"Waterschool" is a documentary that follows the experience of six young girls living along six major rivers - the Amazon, Mississippi, Danube, Nile, Ganges and Yangtze. They tell how the Waterschool education program has changed their lives. Each girl describes what the program has brought her, her relationship with water and the environment:

- In Brazil, Rose Kelley, 15 years old, talks about the problems of deforestation and flooding in her village.

- In Austria, Selina Bergerweiss, 12 years old, discusses the problem of water pollution by microplastics with her classmates.

- In India, Poonam Devi discusses the difficulties of access to water for her community and the primordial role of women in the commitment to preserve resources and the environment.

- In the United States, Mykeyla Hall, 12 years old, underlines the lack of water education in American schools, which is essential to raise awareness among the last generation and their families.

- In China, Ge "Daisy" Jiahui, 10, is committed to raising awareness of the problems of water pollution and its depletion among her family and friends.

- In Uganda, Ester Ainembabazi, 13 years old, is passing on to her community the knowledge she is acquiring at the Watershcool to overcome the problems of access to water, pollution and improving hygiene conditions in her village.

Vivid and often poignant, the film emphasizes the power of education - with the support of the business community - to transform lives and tackle the world's most pressing environmental problems.

Critical Analysis

This film presents and promotes the actions and philosophy of the Swarovski Waterschool, a community investment program that addresses global water challenges. Swarovski is a multinational company, renowned for its production of luxury crystal. Historically this family business has relied on hydroelectric power to cut and polish crystal. Water has therefore always been a fundamental part of its business and this is what inspired the creation of the Swarovski Waterschool in 2000 in Austria. Since then, according to its promoters, the "Water School" has raised awareness of the importance of water conservation among nearly half a million young people in 2,400 schools in 7 countries around the world through online resources, field trips and hands-on workshops.

In this documentary, students and their supervisors are given the opportunity to speak rather than water specialists. The film is not intended to provide scientific information on water issues around the world, but to raise awareness and call for in action. The aim here is to show the good principles of the Swarovski Waterschool and to mobilize the viewers. By presenting the actions of the Waterschool through the portrait of 6 young girls, one interesting aspect of the documentary is to show the diversity of water-related issues. The aesthetic, even poetic choices, magnify the environment and the action. The documentary alternates aerial shots or wide shots of landscapes and a close look at the children's activities in the Waterschool (songs, field activities) and in their daily life (washing hands, washing teeth, etc.). In doing so, it links the global issues of resource protection to individual practices. It also highlights the program's ability to adapt to local issues, which differ from one region to another, while promoting global principles. The end of the documentary, where the children share questions with each other, reinforces this idea of the interconnectedness between the water resource problems that affect all regions of the world, and make them concrete to the viewer.

The film highlights the importance of education. It was created by students at the Los Angeles-based UCLA School of Theater, Film and Television under the supervision of Teri Schwartz and filmmaker Lucy Walker. The film is based on the premise - widely shared in the environmental field - that educating a child leads him or her to be an agent of change and that this allows the dissemination of knowledge and behavioral change to those around him or her. However, while education is presented as a necessity and empowerment, the film does not offer an assessment of actual changes in practice or the dissemination of knowledge. Were the children involved already committed to the environment beforehand? For example, the testimonies of Selina Bergerweiss or Ge Jiahui, and their respective families in Austria and China, suggest educated families already very sensitive to environmental issues. On the Waterschool website, we learn that some schools are open for the children of Swarovski employees. More generally, the film does not provide any information on the history of this institution and how it operates: the choice of school locations, how students and supervisors are recruited, or the budgets and resources invested.

The documentary goes beyond the field of water by addressing social issues in each of the 6 cases and presenting the way in which Waterschools deal with them, whether in developed or developing countries. Testimonies in the USA, for example, raise awareness of poverty and the distance it creates between children and the environment. The choice to have 6 young girls speak is strong and reinforces the idea expressed throughout the film through the speeches of the supervisors: the importance of educating young women. Thus, the documentary carries a feminist discourse by leaning on two propositions: on the one hand, women are key actors in the management of water and the environment because it is to them that most of the domestic tasks related to water are incumbent. In developing countries, according to UNICEF, in 66% of households, it is women who are responsible for water management - for laundry or cooking - and they have to walk an average of 6 kilometers to fetch water. Significantly, the film also sees them as ambassadors and leaders in their communities. The program aims to reduce discrimination and improve living conditions by empowering young girls. The film shows how the program accompanies this emancipation, always from the perspective of its promoters. By emphasizing awareness raising and adaptation behaviours at the local level, this documentary fails to question the political roots of the problems described and promotes an apolitical view of water problems.

 

---------- French version ----------------

 

Synopsis/contenu du film

« Waterschool » est un documentaire qui suit les expériences de six jeunes filles vivant le long de six grands fleuves - l'Amazone, le Mississippi, le Danube, le Nil, le Gange et le Yangtsé. Elles racontent comment le programme d'éducation Waterschool a changé leur vie. Chacune décrit ce que lui a apporté le programme, le rapport qu’elle a avec l’eau et avec son environnement :

  • Au Brésil, Rose Kelley, 15 ans, nous parle des problèmes de déforestation et des épisodes d’inondation que subit son village.
  • En Autriche, Selina Bergerweiss, 12 ans, aborde la problématique de pollution de l’eau par les microplastiques avec ses camarades de classe.
  • En Inde, Poonam Devi évoque les difficultés d’accès à l’eau pour sa communauté, le rôle primordial des femmes dans l’engagement pour la préservation des ressources et de l’environnement.
  • Aux Etats Unis, Mykeyla Hall, 12 ans, souligne le manque d’éducation à l’eau dans les écoles américaines, indispensable pour sensibiliser la dernière génération et ses proches.
  • En Chine, Ge « Daisy » Jiahui, 10 ans, s’engage dans une démarche de sensibilisation face aux problèmes de pollution de l’eau et de sa raréfaction auprès de son entourage.
  • En Ouganda, Ester Ainembabazi, 13 ans, transmet à sa communauté les connaissances qu’elle acquiert à la Waterschool pour surmonter les problèmes d’accès à l’eau, de pollution et d’améliorer les conditions d’hygiène dans son village

Vif et souvent poignant, le film revendique le pouvoir de l'éducation - avec le soutien du monde des affaires - pour transformer les vies et s'attaquer aux problèmes environnementaux les plus urgents de la planète.

Analyse critique

Ce film présente et promeut les actions et la philosophie de la Swarovski Waterschool, un programme d'investissement communautaire qui s'attaque aux défis mondiaux de l'eau. Swarovski est une société multinationale, réputée dans la production de cristal de luxe. Historiquement cette entreprise familiale a compté sur l’énergie hydroélectrique pour tailler et polir le cristal. L’eau a donc toujours été un élément fondamental de son activité et c’est ce qui a inspiré la création de la Swarovski Waterschool en 2000, en Autriche. Depuis, selon ses promoteurs, l’ « école de l’eau » a sensibilisé à l'importance de la préservation de l'eau près d'un demi-million de jeunes dans 2 400 écoles à travers 7 pays du monde, cela grâce à des ressources en ligne, des visites sur le terrain et des ateliers pratiques.

Dans ce documentaire, la parole est donnée aux élèves et à leurs encadrants plutôt qu’à des spécialistes de l’eau. Le film n’a effectivement pas vocation à informer scientifiquement sur les problèmes liés à l’eau dans le monde mais à sensibiliser et à engager dans l’action. Le but est ici d’exposer les bons fondements de la Swarovski Waterschool et de mobiliser les spectateurs. En présentant les actions de la Waterschool à travers le portrait de 6 jeunes filles, un des intérêts du documentaire est de montrer la diversité des enjeux liés à l’eau. Les choix esthétiques, voire poétiques, magnifient l’environnement et l’action. Le documentaire alterne des prises de vues aériennes ou des plans larges de paysages et un regard rapproché sur les activités des enfants dans le cadre de la Waterschool (chants, activités sur le terrain) et dans leur vie quotidienne (se laver les mains, se laver les dents, etc.). Ce faisant, il lie les enjeux globaux de protection de la ressource aux pratiques individuelles. Il met également en valeur la capacité du programme à s’adapter aux enjeux locaux, différents d’une région à l’autre, tout en promouvant des principes globaux. La fin du documentaire, par le partage des interrogations des enfants entre eux, renforce cette idée de relation interconnectée entre les problèmes de ressources en eau qui touchent toutes les régions du monde, en intégrant le spectateur à ces questionnements.

Le film met en avant l’importance de l’éducation. Dans sa conception même, il a été créé par des étudiants de l'UCLA School of Theater, Film and Télévision, basée à Los Angeles, sous la supervision de Teri Schwartz, et de la cinéaste Lucy Walker. Le film se fonde sur le postulat - largement partagé dans le champ de l’environnement- qu’éduquer un enfant le conduit à être un acteur du changement et que cela permet la diffusion des connaissances et des changements de pratique à son entourage. Cependant, si l’éducation est présentée comme une nécessité et un pouvoir, le film ne présente pas d’évaluation des changements de pratique effectifs ou de la diffusion des connaissances. Les enfants engagés étaient-ils a priori déjà engagés en faveur de l’environnement ? Par exemple, les témoignages de Selina Bergerweiss ou de Ge Jiahui, et de leurs familles respectives en Autriche et en Chine, montrent des familles éduquées et déjà très sensibles aux problématiques environnementales. Sur le site internet de la Waterschool, on apprend que certaines écoles sont ouvertes pour les enfants des employés Swarovski. Plus généralement, le film ne donne pas d’information sur l’histoire de cette institution et sur ses modalités de fonctionnement : choix des lieux d’implantation des écoles, modalités de recrutement des élèves et des encadrants ou encore budgets et moyens investis.

Le documentaire déborde du domaine de l’eau  en abordant des enjeux sociaux dans chacun des cas et la manière dont les Waterschool les prennent en charge, que ce soit dans les pays développés ou en développement. Les témoignages aux USA, sensibilisent par exemple à la pauvreté et à la distance qu’elle crée entre les enfants et l’environnement. Le choix de faire parler 6 jeunes filles est fort et renforce l’idée qui est exprimée tout au long du film à travers le discours des encadrants : l’importance d’éduquer les jeunes femmes. Ainsi, le documentaire porte un discours féministe en s’adossant sur deux thèses : d’une part, les femmes sont des acteurs clé de la gestion de l’eau et de l’environnement car c’est à elles qu’incombent majoritairement les tâches domestiques liées à l’eau. Dans les pays en cours de développement, selon l’UNICEF, dans 66 % des ménages, ce sont les femmes qui sont chargées de la gestion de l’eau – pour le linge ou la cuisine – et celles-ci doivent en moyenne marcher 6 kilomètres pour aller chercher de l’eau. D’autre part et de manière notable, le film les voit comme des ambassadrices et des leaders dans leurs communautés. Le programme vise à réduire les discriminations et à améliorer les conditions de vie par l’émancipation des jeunes filles. Le film montre  comment le programme accompagne cette émancipation, toujours selon la perspective de ses promoteurs. En mettant l'accent sur la conscientisation au niveau des communautés locales et les stratégies d'adaptation, le film ne questionne pas les causes des problèmes rencontrés ni le contexte politique, produisant une vision apolitique des problèmes d'eau.

(With contributions from Adrien Larré and Morgane Epiard)

 

Références pour aller plus loin sur le sujet

https://www.swarovskiwaterschool.com/

Petitjean O. 2008. Le rôle central des femmes dans l’accès à l’eau et à l’assainissement. Disponible sur : https://www.partagedeseaux.info/Le-role-central-des-femmes-dans-l-acces-a-l-eau-et-a-l-assainissement (Consulté le 15 Novembre 2020).

UNICEF Canada. 2019. L’éducation des filles en Ouganda : Eau, hygiène, menstruations et fréquentation scolaire. Disponible sur : https://www.unicef.ca/fr/blog/leducation-des-filles-en-ouganda-eau-hygiene-menstruations-et-frequentation-scolaire (Consulté le 15 Novembre 2020).

 

 

Additional Info

  • Director: Tiffanie Hsu
  • Producer: Jeff Burke, UCLA School of Theater, Film and Télévision, and Swarovski
  • Language: English, Français
  • Year: 2018
  • Year2: 2018
  • Duration (min): 67
  • Theme: Environmental degradation, Water quality, pollution, Water and health, Rivers, Water and community
  • Access: Commercial
  • Country: USA, Brazil, India, China, Ouganda, Austria
  • Technical quality (star): Technical quality (star)
  • Academic interest (star): Academic interest (star)
  • Societal interest (star): Societal interest (star)
  • Technical quality: 4
  • Academic quality: 2
  • Social interest: 4